Viaduc de la Jonction : une demande pour retrouver la vue sur Genève

  • , actualisé le
  • par Nicolas

La nouvelle barrière du viaduc de la Jonction a enlevé aux passants une vue magnifique sur la ville. Dans le quartier, des voix s’élèvent pour déplorer un gâchis. Voici notamment la lettre qu’un habitant de Saint-Jean a écrite à l’organisme responsable du CEVA, ainsi qu’à la Ville de Genève. Sa demande : qu’on réaménage la barrière, pour que les usagers du pont puissent à nouveau admirer le paysage sur la jonction du Rhône et de l’Arve.

Madame, Monsieur, 

Je me permets de vous écrire concernant la nouvelle passerelle piétonne du pont de la Jonction. En effet, cette dernière vient tout juste de rouvrir, entièrement rénovée. 

J’habite depuis toujours le quartier de St-Jean (juste au dessus du pont de la Jonction) et cette passerelle fait partie intégrante de mon quotidien. Que ce soit pour accéder au Bois de la Bâtie, pour admirer la magnifique vue sur la ville et la jonction du Rhône et de l’Arve, ou encore pour venir admirer les feux d’artifices des fêtes de Genève, regarder les bateaux mouettes passer en-dessous ou les baigneurs en été ; ce pont a toujours joué un rôle emblématique, comme un observateur au dessus de la ville. La page Wikipedia, fournit justement une photo prise depuis ce pont, pour illustrer cette géographie spécifique de Genève : 

Vue sur la Jonction depuis le viaduc CFF... avant la nouvelle barrière
Document Wikipédia : Franck Schneider — Travail personnel, CC BY-SA 3.0

Quelle n’a pas été mon immense déception, lorsque tout content et émerveillé de découvrir cette nouvelle passerelle rénovée, je suis tombé devant cette affreuse et démesurément grande barrière ! Plus de vue ! Plus de Jonction ! Plus de Rhône ni d’Arve ! Plus rien, sauf une sensation de marcher dans un couloir de cour de prison... Comment un tel projet a-t-il pu être validé en l’état ? Certes l’ancienne barrière était effectivement à la limite du dangereux, et l’étroitesse du passage n’arrangeait en rien l’affaire. Alors, oui, le passage est maintenant d’une largeur optimale et très confortable pour ses usagers, mais à quel prix ? Quelle idée de faire une barrière aussi haute ! 1m70 de haut ! Jamais nulle part je n’ai vu de barrière aussi imposante. Quelle pourrait bien en être la raison ? Sécurité ? Il ne me semble pas avoir jamais entendu d’accident avec l’ancienne barrière. Anti-Suicidaire ? Le pont Butin est 2 fois plus haut et la barrière 2 fois plus basse... Personne ne saute depuis le pont de la Jonction pour en finir, il me semble. J’avoue ne pas trouver d’explication rationnelle... 

En l’espace de même pas 10 petites minutes, les avis sont unanimes : « Quel gâchis ! » J’entends sur ma gauche, « Comme c’est moche, qui a validé ça ? «  venant d’un monsieur derrière moi, « Il faut lancer une pétition pour changer cette horreur ! " » lance une dame outrée un peu plus loin, « Je vais en parler à la Maison de Quartier de St-Jean, pour savoir comment on peut régler cette affaire, » conclut un passant énervé en partant. 

On ne voit plus rien, sauf si on mesure 1m90... On ne peut même pas voir correctement à travers, car à peine on tourne la tête de côté que la largeur des barres de métal bloque totalement la vue.

Au loin, j’aperçois des touristes qui essaient tant bien que mal de se prendre en photo avec la vue sur la ville derrière eux... Autant se prendre en photo devant un mur me dis-je, on ne verra rien de plus sur son triste selfie.

Je suis bien conscient qu’il y a beaucoup d’autres problèmes plus graves dans ce monde, mais si on pouvait ne pas gâcher des plaisirs quotidiens aussi bêtement et au contraire en profiter pour y mettre un peu de fantaisie et d’audace, ça serait vraiment bien. Depuis toujours, les ponts jouent le rôle de figure architecturale imposante, à la fois utile et ouvrage d’art. Il semblerait que ce dernier détail soit passé à la trappe lors de cette rénovation, pour ne garder que le côté utile. Alors que partout ailleurs, on voit fleurir des nouveautés amusantes, comme des passerelles en plexiglas transparentes, ou encore des points de vue penchants littéralement...

Malheureusement, point d’originalité pour cette passerelle, point d’ouverture, avec au contraire une grotesque barrière à rendre jaloux un Trump tellement elle réussit à « isoler » le passant et à l’enfermer dans son trajet, au lieu de lui donner la chance de marquer un arrêt pour élargir son horizon, autant visuel qu’intellectuel.

La passerelle de la Jonction telle que rénovée, avec sa barrière de 1m70 de haut à droite...

Pour toutes ces raisons, Madame, Monsieur, je vous demande s’il vous plait, au nom de tous ces passants déçus et dégoûtés que j’ai pu croiser ce jour-là, au nom de la fonction humaine et artistique et non seulement de celle technique de ce pont, de prendre en considération ce retour (certes un peu brut je l’avoue, mais très sincère) au sujet de cette passerelle et de bien vouloir prendre action pour redonner à ce magnifique pont, ce qui a fait son charme et sa renommée : sa VUE !

En vous remerciant d’avance pour l’attention que vous porterez à ce message et je l’espère l’action positive qui en découlera, veuillez recevoir, Madame, Monsieur, mes meilleures salutations, 

Léonard Baud

Aujourd’hui : la Jonction vue à travers la barrière du viaduc CFF
(photo Forum 1203)

Voir aussi l’article de la Tribune de Genève du 7 février 2018 : Viaduc de la Jonction : entre pont belvédère et coursive de prison

Version imprimable de cet article Version imprimable